Créer un site internet

Alain PLATET

Je pense que le propre d’une œuvre est de ne pas être «classable», de pousser au questionnement, d’interpeler par l’émotion. Chacun doit pouvoir trouver ce qui lui appartient au plus profond dans sa rencontre avec une œuvre, au delà des discours extérieurs. J’ai du mal à rentrer dans des boîtes, des classements, un ordre établi et reconnu par la plupart des institutions et quand on me parle d’Art Singulier ou d’Art Brut, je réponds que la seule nécessité pour moi est la création, seule explication applicable à ce genre d’expression, si diversifiée, personnelle, intime et universelle à la fois. Pour moi, faire est plus essentiel que finir. Je construis mes «choses» petit à petit, soigneusement en combinant des éléments souvent récupérés et laissés pour compte. Le plaisir nait de ces assemblages, morceaux de rêves offerts à qui veut bien les regarder.... L’émotion est ce qui rend ce langage universel, c’est à dire lisible et «compréhensible» par tous. J’aimerai que l’art soit accessible à tous et dans n’importe quel lieu, même improbable. Il faut le mettre à la portée de tous et qu’il participe à de vrais moment de partage et d’échange.

Les matériaux 

La sculpture traditionnellement se veut pérenne et s'élabore à partir de matériaux nobles - marbres et autres pierres, métaux plus ou moins précieux, bois rares .... Pour ma part je puise dans ces registres mais mes matériaux sont prélevés dans notre environnement naturel ou industriel : briques, caoutchouc, plomb, zinc, verres, ferrailles... associés à des branchages d'arbousier, ou de chêne ...et à des objets de récupération.
La fabrication 
C'est une phase que le travail du sculpteur le plus souvent occulte, ou même qu'il fait réaliser par d'autres (sciage, meulage, ponçage, polissage, assemblage, soudage...), j'assume et expérimente toutes les phases et donne à voir les processus de construction. C'est le découpage, l'assemblage, le montage, la modification et la coloration de matériaux bruts qui, réalisés avec soin et avec les outils les plus artisanaux comme les plus sophistiqués, font ma sculpture.
Loin des poncifs de la tradition dont il a voulu et su se dégager, mon travail reste attaché au contenu symbolique mais il dévoile aussi le plaisir de faire, le mode et les processus de fabrication.
L'intention artistique
Mon travail ne relève pas pour autant du bricolage génial ou ludique; si mes matériaux sont bruts et ma pratique éloignée des savoir-faire, mon art est savant et soutenu par une démarche innovante qui révise la tradition en la mettant à mal. Le socle fut ma première attaque. J'en débarrasse la sculpture en organisant des assemblages, montages - entassements non aléatoires de matériaux bruts directement posés sur le sol - ou des installations en plein air faisant corps avec le paysage. 
La couleur qui fut ma première préoccupation artistique - en tant que peintre - n'est pas oubliée. Je choisis mes matériaux pour leur matière mais aussi pour leur couleur naturelle, parfois je les repeints, les teins ou en transforme la nuance par le feu, la rouille, le bitume, les enduits, afin de renforcer la confrontation entre les différents composants. Mes sculptures sont construites à partir de matériaux naturels et industriels, lisses et rugueux, bruts et colorés, souples et rigides, elles confrontent masse et ligne, pleins et vides et la robustesse des matériaux est fragilisée par les jonctions visibles des montages et les liaisons des assemblages. Grâce à ces disjonctions, à ces entre-deux, mes œuvres oscillent entre stabilité et instabilité, solidité et fragilité et se dotent d'une élégance qui ne veut pas oublier une rusticité nourrie d'un rapport étroit et ancien que j'entretiens avec la nature. Dans la nature et ses éléments, de ses métaphores et effets, mes œuvres puisent leurs titres, qui servent de guide à notre interprétation : les "Nodules" mais aussi les "Galets gonflables", les "Cocons branches", "Carcasses" et autres "Totems"... Et pour mieux répondre à ces thématiques, les sculptures se développent en séries. Les lieux d'exposition ont éclaté, les sculptures ont fuit les galeries aux murs froids et sans vie pour rejoindre les friches industrielles aux murs délavés, les anciens bâtiments chargés d'histoire, réhabilités en lieux d'exposition....et font ainsi souvent écho à ces architectures.
Mon souhait serait que mes sculptures ne sont pas là pour orner un lieu mais pour en raviver sa mémoire.

 

 

 
 

Ajouter un commentaire

Anti-spam